The Stone Soup Legend – Rouleaux de printemps (spring rolls), sauce sucrée à la citronnelle

Ce n’est pas vraiment original, mais je tiens à vous souhaiter, du fond du coeur, une excellente année 2009.

Malgré les problèmes économiques qui risquent de nous saper un peu le moral en 2009, je me veux positive et optimiste en ce début d’année. Souvenez-vous de la légende de la soupe aux cailloux. Ma grand-mère me l’a souvent contée étant enfant. Peut-être une réponse à la crise…

Trois soldats marchaient péniblement le long d’une route dans un pays inconnu. Ils étaient sur le chemin du retour de la guerre. En plus d’être fatigués, ils étaient affamés. En effet, ils n’avaient rien mangé depuis deux jours.
« Comme j’aimerais avoir un bon dîner ce soir, » dit le premier. « Et un lit pour dormir, » ajouta le second. « Mais c’est impossible » dit le troisième.
Alors qu’ils marchaient toujours, ils virent tout à coup les lumières d’un village droit devant eux. « Peut-être trouverons-nous quelque chose à manger et un lit pour dormir » pensèrent-ils.
Mais les paysans du village avaient peur des inconnus. Quand ils apprirent que trois soldats arrivaient sur la route, ils se réunirent et parlèrent entre eux. « Trois soldats arrivent ici, » dirent-ils. « Les soldats ont toujours faim. Mais nous avons déjà si peu pour nous-mêmes ». Et ils se dépêchèrent de cacher leur nourriture. Puis ils cachèrent tout ce qu’ils avaient à manger. Puis ils attendirent.
Les soldats s’arrêtèrent à la première maison. « Bonsoir » dirent-ils. « Pouvez-vous donner un peu de nourriture à trois soldats affamés ? »
« Nous n’avons pas de nourriture pour nous-même, ce fut une pauvre récolte. »


Les soldats allèrent jusqu’à la maison suivante. « Pouvez-vous nous donner un peu de nourriture ? » demandèrent-ils. « Et avez-vous un endroit où dormir pour la nuit ? « Oh, non » répondit l’homme. « Nous avons donné tout ce qui nous restait aux soldats qui sont venus avant vous. « Et nos lits sont pleins, » mentit la femme.
À chaque maison, la réponse était la même — Personne n’avait de nourriture ou de place pour les soldats. Les paysans avaient de bonnes raisons, comme nourrir les malades et les enfants. Les villageois se tenaient dans la rue et soupiraient. Ils prenaient l’air aussi affamés qu’ils le pouvaient.
Les soldats parlèrent ensemble. Le premier soldat appela, « Brave gens ! Nous sommes trois soldats affamés dans un pays inconnu. Nous vous avons demandé de la nourriture et vous n’en avez pas. Bien, il ne nous reste plus qu’à faire une soupe de cailloux. » Les paysans les dévisagèrent.
Les soldats demandèrent une marmite en acier, de l’eau pour la remplir, et un feu pour la chauffer. « Et maintenant, s’il vous plaît, trois cailloux ronds et lisses. » Les soldats jetèrent les cailloux dans la marmite.
« Toutes les soupes ont besoin de sel et de poivre, » dit le premier soldat, alors un enfant courut chercher du sel et du poivre.
« Les cailloux font une bonne soupe, mais des carottes la rendraient tellement meilleure » ajouta le second soldat. Une femme dit, « Je crois que j’ai une ou deux carottes ! Elle courut chercher les carottes.
« Une bonne soupe aux cailloux devrait avoir du choux, mais n’utilisons pas ce que nous n’avons pas ! » dit le troisième soldat. Une autre femme dit, « Je pense que je peux probablement trouver du choux » et elle détala.
« Si seulement nous avions un peu de boeuf et quelques pommes de terre, cette soupe serait digne de la table d’un homme riche. » Les paysans y réfléchirent, puis coururent chercher ce qu’ils avaient caché dans leurs caves. Une soupe d’homme riche, et tout ça à partir de quelques cailloux ! Ça a l’air magique !

Les soldats dirent, « si seulement nous avions un peu d’orge et de lait, cette soupe serait digne d’un roi ! » Et les paysans apportèrent de l’orge et du lait.
« La soupe est prête » dit le cuisinier, » et nous allons tous y goûter, mais d’abord nous devons mettre la table. Quand les tables et les torches furent dressées, tout le monde s’assit et mangea. Quelques paysans dirent, « Une telle soupe serait encore meilleure avec du pain et du cidre » ils amenèrent alors les deux derniers aliments et le banquet fut apprécié par tous. Il n’y avait jamais eu une telle fête. Jamais les paysans n’avaient goûté une soupe aussi délicieuse, et entièrement faite avec des cailloux ! Ils mangèrent, burent et dansèrent toute la nuit.

Le lendemain, les villageois se rassemblèrent pour dire au revoir aux soldats. « Merci beaucoup » dirent les gens, »nous n’aurons plus jamais faim maintenant que vous nous avez montré comment faire de la soupe avec des cailloux ! »

Fin

Après les fêtes, aucune envie de cuisiner. Mon corps ne réclame que des soupes et des plats légers. J’imagine sans peine que vous devez être dans le même état. Mes recettes festives attendront. Je commence cette nouvelle année gourmande en douceur.

Rouleaux de printemps au crabe (ou spring rolls), sauce sucrée à la citronnelle

IMG_3400-1

Ingrédients pour 4 personnes
Temps
: 1 h 30
Prix : 5.23 €
Rouleaux de printemps (spring rolls)
Huile de friture
500 g de chair blanche de crabe (ou 2 boîtes de crabe bien égouttées)
2 gousses d’ail finement hachées
½ Oignon doux finement haché
4 c à soupe de coriandre hachée
Le jus et les zestes d’un citron vert
2 c à soupe de Mirin (vinaigre de riz) ou sweet chilli sauce (magasin asiatique)
1 paquet de feuilles filo ou brick coupé chacune en rectangle 20 cm x 15 cm
1 œuf battu
Sauce sucrée à la citronnelle
100 g de sucre
12 cl de vinaigre de riz (mirin)
1 bâton de citronnelle finement hachée
1 cm de gingembre frais finement râpé ou 1 c à café de gingembre en poudre
Le jus d’un citron vert
Un peu de jus de citron pour les avocats
4 c à soupe de coriandre hachée
2 avocats

  • Égouttez la chair blanche de crabe.
  • Prélevez 4 c à soupe de chair de crabe dans un bol (gardez le reste de chair de crabe pour la présentation finale) et mélangez à l’ail, oignon doux, coriandre hachée, zestes de citron vert, jus de citron vert, sweet chilli sauce ou mirin. Bien mélangez. Salez et poivrez.

    Même méthode de pliage que les cigares aux épinards :

  • Placez devant vous, sur une surface propre, un rectangle de pâte filo.
  • Déposez en bas (ou en haut) de la feuille une c. à soupe de mélange de crabe.
  • Badigeonnez les côtés d’œuf battu.
  • Rabattez les deux côtés vers le centre et roulez ensuite du bas vers le haut (ou du haut vers le bas).
  • Badigeonnez de nouveau d’œuf battu.
  • Répétez l’opération avec le reste des feuilles filo.
  • Couvrez une poêle profonde d’huile de friture.
  • Chauffez à 180°C (testez la chaleur en jetant un morceau de pain).
  • Faites frire les spring rolls 3 à 4 minutes. Ils doivent être dorés.
  • Égouttez-les sur du papier absorbant.

    La sauce sucrée à la citronnelle

  • Portez à ébullition le sucre, le vinaigre de riz (mirin), la citronnelle, le jus de citron vert et le gingembre frais râpé ou en poudre.
  • Baissez le feu et laissez mijoter 3 minutes. Le sucre doit être bien fondu et la sauce épaisse.
  • Ôtez la casserole du feu et ajoutez la coriandre hachée.

  • Coupez les avocats en deux. Enlevez la peau et le noyau.
  • Coupez-les en fines tranches.

    Disposez la moitié d’un avocat tranché sur chaque assiette et arrosez-le d’un peu de jus de citron. Saupoudrez de chair de crabe restante et de sauce sucrée à la citronnelle. Placez 2 ou 3 rouleaux de printemps au crabe sur chaque assiette.

IMG_3403-1

Rendez-vous sur Hellocoton !
Print Friendly, PDF & Email

28 réflexions sur “The Stone Soup Legend – Rouleaux de printemps (spring rolls), sauce sucrée à la citronnelle”

  1. J’adore ce conte et mes petites filles aussi… la crise, on peut peut-être essayer de faire comme si… la sinistrose n’est jamais bonne.
    Pour ce qui est de la cuisine, j’ai encore un invité à gâter mais un repas sur deux est composé de soupe aux légumes… demain, je vais y rajouter un caillou!

  2. Un joli conte! Je ne le connaissais pas…

    Tes rouleaux ont l’air exquis! Que de saveurs extraordinaires!

    Bises,

    Rosa

  3. J’aime beaucoup ce conte, il faudra que je lise l’histoire à mes filles !
    Voire que je te le pique pour l’autre blog…

  4. crise, vous avez dit crise ? Alors qu’elle soit de rires, même, surtout fous, fous, fous, à partager entre amis et blogueurs ! Sans blog, on ne va pas se laisser abattre, non plus ! Bonne année, bonne santé à tous ! Ce conte illustre bien la frilosité des gens à ouvrir leur coeur et leur maison. Et pourtant, il ne suffit pas de grand chose pour faire naître l’étincelle du partage…

  5. je ne connaissais pas ce conte, je le découvre donc, de même que ces superbes rouleaux de printemps

  6. Une jolie histoire 😉 Je la connaissais mais ne l’avait pas relue depuis longtemps. Merci de me la remémorer.
    Moi je pense que l’année sera ce qu’on en fera. Et je trouve que la télé nous montre toujours le négatif. Au lieu de dire les gens ont quand même un peu de sous vu que les stations de ski sont blindées (et le ski, ce n’est pas bon marché), on nous dit que s’ils sont au ski, c parce qu’ils n’ont pas assez de sous pour aller au soleil. Humph …

  7. Ta recette, elle est tellement jolie, coloree fraiche. Et la jolie voix d’enfant, cet accent charmant sur le conte, quelle plus jolie facon de commencer l’annee? merci beaucoup Helene, et tres bonne annee a vous tous.

  8. Joli conte, jolie recette … De quoi commencer l’année tout doucement, pour ne pas s’essouffler avant la fin … ;o)
    Grosses bises et tout le meilleur pour 2009
    Hélène

  9. je revenais de chez Amuse Bouche où elle a aussi rencardé les mets de noel au placard le temps de la diète post excès et voilà que j’arrive chez toi, et je me dis que vous allez me convaincre de me remettre au vert 🙂 même si ta gourmande recette semble bien moins raisonnable que la sienne!! belle année, Chère Hélène, en espérant que cette fois, j’arriverais à te croiser.. en chair et en os!

  10. très joli conte que je ne connaissais pas… elle me fait peur, à moi aussi, cette année improbable qui s’annonce 🙁

  11. Elle est jolie cette histoire… et cette recette a l’air excellente, tout à fait le genre de petit plat léger, frais et sain que j’aime!
    Très bonne année à toi!

  12. Très belle histoire… et puis un repas entier divin et fin, ces rouleaux de printemps parfumés, le tajine épicé, les mince-pies doux et fruités… Encore un bon moment de gourmandises… un voeu cette année… une rencontre peut être… Bonne et heureuse année… mille bises

  13. Et ça donne ça, quand tu n’as pas envie de cuisiner ? hahaha…
    Encore des saveurs auxquelles je ne peux résister, en plus avec du crabe. Yummy…
    En tout cas très sympa ta petite animation, quel joli petit accent!
    PS: très chouette cette nouvelle bannière ! Elle va tellement bien chez toi !

  14. Quelle jolie histoire que je ne connaissais pas… lorsque nous embêtions ma mère à savoir quel serait le repas, elle répondait souvent des briques à la sauce cailloux… ta recette de rouleaux de printemps me plait beaucoup. Voilà un exercice que j’essaierai bien !

  15. Jolie légende que je connaissais pas ou que j’ai oubliée… Le problème de la crise est que les gens n’ont rien caché mais beaucoup perdu. J’aime beaucoup tes rouleaux de printemps, et ta sauce tout autant, en vrai fan de citronnelle….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.