Croustillant praliné aux Gavottes de Dinan

Nous reprenons doucement nos esprits après une fête de la musique un peu trop arrosée. Rien de telle qu’une bonne sieste dehors légèrement balayée par la brise.


« Quand le moulin fera un tour de roue, j’aurai un peu de bouillie ou une crêpe »…

Ce dessert breton du chef Alain Colas me tentait depuis pas mal de temps. Jusqu’alors, je me suis toujours trouvée une bonne excuse. Grâce, encore une fois à mon voisinage, j’ai découvert à deux pas de la maison, une boutique Cacao Barry à Hardricourt. A moi, les chocolats, pralin en pâte, beurre de cacao Mycryo…Plus besoin de courir jusqu’à Paris.

IMG_0264-1

Pour ce croustillant praliné, vous aurez besoin de galettes de Dinan. Nous devons ces crêpes-dentelles à Marie-Catherine Cornic, plus connue sous le nom de Mme Katell. C’est en 1886 qu’elle inventa la recette des crêpes extrêmement fines, enroulées chaudes au couteau.

IMG_0285-1

Ingrédients pour 4 personnes
270 g de pralin en pâte
170 g de gavottes
Pâte à génoise
2 œufs entiers
65 g de sucre
65 g farine
25 g de beurre
Crème Chantilly aux noisettes
25 cl de crème liquide
20 g de sucre en poudre
30 g de noisettes hachées

Pour la pâte à génoise :

  • Préchauffez le four à 200° C (th.7).
  • Faites chauffer légèrement au bain- marie, les œufs et le sucre.
  • Dés que le mélange commence à tiédir, enlevez-le du feu et continuez de battre jusqu’à complet refroidissement.
  • Ajoutez la farine.
  • Faites fondre le beurre et ajoutez au mélange précédent.
  • Beurrez et farinez un moule à génoise de 15 cm de diamètre.
  • Versez la pâte et cuire au four 25 minutes environ.
  • Démoulez et laissez refroidir sur une grille.
  • Disposez la génoise dans un moule de 15 cl de diamètre ou bien dans des petits cercles.

    IMG_0262-1IMG_0263-1

  • Placez le pralin en pâte dans un bain-marie.
  • Dés qu’il tiédit, ôtez du feu et ajoutez les gavottes écrasées. Bien mélangez.
    IMG_0265-1

  • Répartissez dans les disques et tassez bien.

    IMG_0266-1

    Crème Chantilly aux noisettes

  • Versez la crème liquide trés froide dans le bol du mixer.
  • Commencez à battre doucement et accélérez.
  • Arrêtez dés qu’elle atteint une consistance suffisante pour tenir entre les branches du fouet.
    IMG_0269-1

  • Incorporez délicatement à la main, le sucre et les noisettes hachées.

    IMG_0259-1

  • Remplissez les cercles de chantilly et bien lisser le dessus.
  • Mettez au frais au moins 2 heures. La chantilly au contact du froid deviendra plus ferme.

Décerclez les croustillants en appuyant sur le fond de génoise. Servez bien frais.

IMG_0287-1

Rendez-vous sur Hellocoton !
Print Friendly, PDF & Email

27 réflexions sur “Croustillant praliné aux Gavottes de Dinan”

  1. J’ai d’abord cru que tu allais faire un croustillant praliné avec du chocolat mais non! 😉 Joli dessert!

  2. Moi aussi c’est tout à fait le genre de gâteau que j’aime mais je n’ose pas essayer. Là, avec tes explications, je me dis que je devrais y arriver !

  3. Math : Tu peux trouver la pâte à pralin sur les sites de vente en ligne (meilleur du chef, Patrizz…) ou bien remplacer la pâte par de la pralinoise.

  4. rhooooooooo, et moi qui cherche de quoi me « débarrasser » de ma pâte de praliné pour vider mes placards, la bonne excuse 🙂
    Merci hélène !

  5. Ton dessert me fait littéralement craquer! Je raffole des gavottes et du pralin alors ensemble, quel bonheur!

  6. Vraiment très joli dessert. Je fais le fond croustillant et un étages parliné lait et parliné noir, mais, je vais essayer ce fond de génoise.

  7. Ah les gavottes de Dinan, j’aime beaucoup, et associées au praliné, un de mes -nombreux- péchés mignons, je fonds.

  8. Les gavottes, j’en raffole. Ton dessert est vraiment très beau et réussi Hélène. A mon humble avis, il ne ferait pas un pli, à la maison.
    Bisous
    Chrys

  9. Superbe dessert ! Bon je cherche où c’est pour pouvoir me ravitailler aussi sans aller sur Paris !
    Bizzzzzzzzzz

  10. haha 🙂 Des gavottes de Dinan. Quelle bonne surprise! J’en ai tellement mangé pendant les grandes vacances chez ma grand-mère qui habitait tout pres (plouer/rance). Impossible d’en retrouver par chez moi désormais, mais ces merveilles avec les galettes Traou Mad restent mes gourmandises bretonnes préférées 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.