Histoire des restaurants à Londres – La communauté italienne

Depuis mon retour de Londres, je suis plongée dans les livres d’histoire et plus particulièrement ceux autour de la cuisine de cette ville audacieuse et de ses diverses communautés.

Londres est sûrement la ville la plus cosmopolite d’Europe, ouverte sur le monde et d’une riche diversité ethnique. La cuisine britannique traditionnelle ne se limite pas au fish&chips et aux pies. Ici, vous pouvez découvrir toutes les cuisines du monde grâce à ses nombreux restaurants.

Pour ce premier voyage dans le temps, je vous emmène découvrir l’histoire de la communauté italienne à qui les londoniens doivent le first restaurant à la française

Les restaurants à Londres

Les restaurants tel que nous les connaissons aujourd’hui n’existent que depuis 1850. Avant cette date, les anglais ne connaissaient que les tables d’hôte les Public houses dits pub ou les bars, les Chop Houses, des établissements où l’on ne consommait que des chops (côtes de bœuf) et des beefsteaks. Les clients mangeaient debout leur plat, souvent accompagné de légumes cuits à l’eau.

pubpub1

Les cook shops, étaient des genres de boutique de charcuterie qui servaient de la viande rôtie ou bouillie dans une lugubre et insalubre salle à manger. Rien de très glamour.

pub3

C’est un italien Carlo Gatti qui créa le premier restaurant à la française en 1850. Il installa une petite boutique à Londres vers le pont de Hungerfort. Il pensait vendre des glaces à un penny. A l’époque, c’était un luxe très cher. La boutique Gatti rencontra un énorme succès qu’il fallait souvent faire appelle à la police pour faire circuler la foule.

pub5pub4

La boutique fut expropriée pour construire la station Charin Cross. L’italien s’établit sur le strand et installa un café-restaurant à côté de sa célèbre boutique de glace. C’est devenu au fils du temps un propriétaire fortuné à la tête de plusieurs restaurants et d’hôtels importants de la ville. Un bon nombre d’italiens suivirent sont exemple et ouvrirent des établissements dans tous les quartiers de la ville.

pub6

Les moins fortunés devaient se contenter des fish shops (le poisson avait l’avantage au moins d’être frais) et des sausages houses où les clients mangeaient debout au comptoir, pour 4 pence deux saucisses, des oignons et une énorme assiette de purée de pommes de terre nageant dans la graisse ou bien des tranches de bœuf. Ces établissements n’avaient pas le droit de vendre de boissons. Il faillait ensuite se rendre au Public House pour étancher sa soif.

pub7

La communauté italienne à Londres

Le premier quartier italien de Londres, little Italy, se situait à Clerkenwell Road, Farringdon Road et Rosebery Avenue.
restaurant

Au cours du 19ème siècle, une population croissante de la classe ouvrière Italienne s’installa dans cette région plus connue sous le nom de Saffron Hill. Les autorités britanniques étaient plutôt heureuses de voir ces immigrants s’implanter progressivement, chassant au passage les pickpockets dépeints par Dickens dans Oliver Twist.

restaurant1

Le consulat italien a publié un rapport en 1895 estimant que ses compatriotes à Londres étaient environ 12.000, composés des Italiens du Sud installés dans little Italy, et ceux du nord basés à Soho. La communauté de Soho était composée de tailleurs, d’horlogers, d’artistes, et de domestiques. Dans Little Italy, on trouvait surtout des vendeurs de glace, des marchands ambulants, les vendeurs de buste en plâtre…

restaurant3jpgrestaurant16restaurant2
Aujourd’hui, les épiceries de produits Italiens ont disparu à cause de la flambée des loyers. Au cours du 20ème siècle la communauté se dispersa à travers la capitale avec un accent plus marqué au nord de Fulham Road à Kensington.

Cependant, St Peter’s church reste le lieu de rassemblement de la communauté italienne de Londres. L’église a été conçue en 1845 par St Vincent Pallotti, un prêtre catholique et fondateur des Pallottins (la Société de l’Apostolat Catholique).

restaurant5restaurant9
Chaque année, le premier dimanche après le 16 juillet, les italiens célèbrent Notre-Dame du Mont Carmel avec une procession religieuse à travers les rues étroites et escarpées autour de l’église.

restaurant4

A l’ouest de l’église, il y a quelques restaurants italiens comme la Casa Italiana San Vincenzo Pallotti et Terroni of Clerkenwell.

restaurant6

Épicerie italienne à Londres

I Camisa & Son
61 Old Compton Street, London W1D 6HS

Il est loin le temps des restaurants Italiens où les serveurs brandissaient des poivrières et servaient des assiettes de spaghetti bolognaise aux convives en portant des bouteilles de chianti. De nos jours, beaucoup de restaurants chics, chers et en vogue sont italiens.

De nombreuses épiceries fines Italiennes conservent leurs racines avec des magasins de proximité. On y trouve les produits de base comme les pâtes fraîches, les meilleures marques italiennes de pâtes sèches, le jambon fraîchement tranché, le salami, les fromages italiens, l’huile d’olive…

The British & Italian society

A suivre la communauté juive à Londres

Rendez-vous sur Hellocoton !
Print Friendly, PDF & Email

10 réflexions sur “Histoire des restaurants à Londres – La communauté italienne”

  1. Un joli moment de l’histoire italienne, que vous nous avez très bien résumé, que celle de leur communauté.
    Je ne pensais pas qu’il y avait eu autant d’immigrés Italien en Angleterre. Chez nous en tant que pays voisin oui bien sur, mais pas outre manche. Merci à vous.
    Belle continuation Hélène
    Marie

  2. Etant une grande fan de la cuisine italienne, j’ai beaucoup aimé cet article ! Même si cela reste important de trouver des restaurants proposant de la cuisine locale, je trouve cela très bien de s’ouvrir à d’autres cultures.

  3. Coucou Hélène, ton article me replonge avec bonheur dans mon week-end londonien qui vient juste de se terminer. Autant te dire que j’ai adoré et que je ne demande qu’à y retourner. Ainsi que tu le soulignes, j’ai pu constater et apprécier la grande diversité culturelle qui fait toute la richesse de cette capitale unique à de nombreux points de vue. Je n’ai pas eu le temps de faire beaucoup de restaurants, mais comme j’y retournerai à coup sûr, les occasions se présenteront la prochaine fois.

  4. Finalement, à Londres, le melting pot a vraiment fait son effet et les communautés juives et italiennes se sont vraiment fondues dans le reste de la population. Bien plus qu’à NY, je pense, où j’ai eu l’impression que le communautarisme était beaucoup plus présent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.